Site menu:


REVUE
CONTROVERSES
SOMMAIRES


PARUTION
DU N°17 DE
CONTROVERSES
SOMMAIRE


PARUTION
DU N°16 DE
CONTROVERSES
SOMMAIRE


PARUTION
DU N°15 DE
CONTROVERSES
SOMMAIRE


Processus de paix au Proche Orient

Sur la question du cessez-le-feu, le Hamas mène la barque

par Zvi Bar'el, correspondant de Haaretz, mercredi 18 juin 2008
En théorie, la réouverture de Rafah dépend des progrès réalisés dans le dossier de Shalit. Mais les responsables égyptiens ont souligné hier que l'ouverture de Rafah est indépendante d'un échange permettant de libérer Shalit et inversement, les deux questions n'étant pas liées puisque la libération de Shalit implique l'intervention d'un élément additionnel : le consentement d'Israël de libérer un grand nombre de prisonniers palestiniens. C'est ainsi que sur cette question aussi, Israël n'est pas à même d'enregistrer un succès quelconque...

Condolezza Rice, George Marshall et Israël

Editorial du The Washington Times
Voila Mlle Rice (cette fois avec l'approbation présidentielle) visiblement déterminée à broyer un gouvernement israélien affaibli en lui imposant une série de concessions de sécurité intenables. C'est une tradition du Département d'État dont personne n'a à être fier...

Une drôle de paix

par Jean-Pierre Bensimon, le mardi 29 avril 2008
Aujourd'hui, au Proche Orient, le Hamas vient de demander deux trêves successives tout en déployant un effort de guerre toujours plus intense. Si l'on retient les avances israéliennes en direction de la Syrie, le comportement du Hezbollah qui se dispose en ordre de bataille, le Proche Orient est plongé dans une situation de grande incertitude que l'on peut baptiser "la drôle de paix"...

Retour à l'option jordanienne : un accord sur le statut final est irréalisable pour quatre raisons

par Giora Eiland pour Yetnews
Les Jordaniens ne l'admettront pas publiquement, mais un État palestinien en Cisjordanie est pour eux la plus mauvaise des solutions. Ils savent qu’à l’issue d'une courte période de temps, cet État serait gouverné par le Hamas. La Jordanie comporte une majorité palestinienne et une opposition puissante parmi les Frères musulmans. Au moment où elle partagera une frontière avec un État Hamas, le régime Hachémite se trouvera face à un danger immédiat...

La remarquable révélation de Zakariya Zubeidi

par Joel Fishman pour Makor Rishon
Dans la réalité que nous vivons, si une défaite palestinienne dans les territoires se dessine, Israël devrait s'assurer que cette défaite se traduise pour ces derniers par un avantage politique concret. Ce qui se produit en ce moment au sein de l’Autorité palestinienne est d'une importance énorme pour notre bien-être et notre sécurité. Avec ou sans l’Autorité palestinienne, les Palestiniens seront là demain et le jour suivant...

Feuille de route pour une guerre annoncée à Gaza

par Jackson Diehl pour Washington Post
Il y a sept ans la nouvelle équipe de George W. Bush chargée de la politique étrangère reprochait à l'administration Clinton sa précipitation de la onzième heure pour faire signer un accord de paix au Moyen-Orient, ce qui s'est achevé par l'explosion de la deuxième intifada palestinienne. A présent, à 10 mois de la fin de son mandat, Bush et la secrétaire d'état Condoleezza Rice se sont engagés dans une démarche comparable de pression de dernière minute...

Une Palestine "Judenrein"

Par Moshe Arens pour Haaretz
Pourquoi la fermeture des avant-postes en Judée et en Samarie semble-t-elle une mission impossible pour le ministre israélien de la défense ? Presque tout le monde convient qu'ils ont été créés illégalement. Comme toutes les structures illégales dans un pays où la force de la loi prévaut, ils auraient dû en premier lieu n'avoir jamais été édifiés, et en second lieu être supprimés. Mais derrière l'intention du gouvernement de les faire disparaître, il y a un fantôme qui menace...

Ni Mahmoud Abbas ni les Occidentaux ne désirent vraiment la paix

par Evelyn Gordon pour Jerusalem Post
Si les Arabes de Jérusalem sont souffrent d’un nettoyage ethnique, alors les Israéliens sont certainement les nettoyeurs ethniques les plus incompétents de l'histoire de l’humanité. Après tout, le nettoyage ethnique vise généralement à l'élimination d’une population indésirable à laquelle on substitue des nationaux. Mais selon les données du Bureau Central des Statistiques et de l'Institut des Études Israéliennes de Jérusalem, la population arabe de cette ville est montée en flèche de 266 % entre 1967, date de l’annexion de Jérusalem-Est par Israël, et 2006 ...

Une stratégie opaque sur la question de Gaza

Amos Harel pour Haaretz 24 mars 2008
Il semble qu'il y ait une distance considérable entre les déclarations des dirigeants israéliens et leur action effective pour régler le problème de Gaza. Pire, ces dirigeants semblent avoir beaucoup de difficulté à prendre des décisions, alors que le temps passe. Le chroniqueur d'Haaretz souligne justement que l'on ne peut pas s'abstenir durablement d'agir dans un sens ou dans un autre, ni faire miroiter des solutions illusoires.

Vers un nouveau paradigme du conflit israélo-arabe

Shmuel Trigano Editorial de la revue CONTROVERSES n° 7, mars 2008
Le rapport de l'opinion au conflit israélo-arabe est un des phénomènes les plus fascinants du monde contemporain. Comment comprendre cet affairement planétaire, cette obsession récurrente, cette passion intime qui semble engager le destin des spectateurs les plus éloignés du théâtre des opérations quand on sait que ce conflit oppose deux fois cinq millions de personnes sur un territoire ridiculement exigu (70 kms de profondeur), aux trois quarts désertique et sans ressources naturelles ? La disproportion entre sa réalité concrète et son retentissement planétaire est abyssale...

Israël/ Tsunami diplomatique

par Michel Gurfinkiel, le dimanche 16 mars 2008
Le vice-président des États-unis a été depuis 2001 l’ami le plus vigilant d’Israël au sein de l’administration George W. Bush. Quel est le sens de son voyage actuel, qui doit le mener en Israël, mais aussi dans les Territoires palestiniens, en Arabie Saoudite, à Oman et en Turquie ? Agit-il au nom du seul président Bush, en vue de promouvoir une paix bénéficiable à tous à travers une alliance pro-américaine au Proche-Orient ? Ou a-t-il été contraint, pour des raisons de haute politique, d’endosser le plan James Baker...

Mahmoud Abbas rejette la judéité d'Israël, n'exclut pas à la lutte armée et se dit fier d'avoir enseigné le terrorisme au monde entier

par Itamar Marcus et Barbara Crook, Palestinian Media Watch Bulletin du 28 février 2008
Dans une longue interview publiée aujourd'hui par le quotidien jordanien Al-Doustour, Abbas a précisé que l’Autorité palestinienne ne peut pas "entamer un conflit armé maintenant", mais "qu’à l’avenir les choses pourraient être différentes." Il a rejeté l’idée qu’Israël a la vocation d’être un état juif, et indiqué que le rejet l’Autorité palestinienne de la judéité Israël a failli faire capoter la conférence d'Annapolis en novembre dernier. Abbas a prévenu qu'il n'exigera pas que le Hamas reconnaisse Israël...

Israël subit une vague de bombardements intenses du Hamas et de ses alliés

Les dépêches de Guysen illustrent l'intensité de l'offensive palestinienne tandis que les agences occidentales accusent Israël, le jeudi 28 février 2008
A ce moment clé d'une offensive militaire caractérisée contre un territoire internationalement reconnu comme israélien, les agences de presse occidentales, en premier lieu l'AFP, choisissent d'accuser Israël d'assassinat et de faire le silence sur la pluie de roquettes et de fusées qui motive la réaction israélienne. Cette réaction s'exerce pourtant au nom du premier principe du droit international, le droit pour un état souverain de se défendre. Les titres des dépêches sélectionnées aujourd'hui par Yahoo en donnent une idée claire Encore une fois, ces agences, en premier lieu l’AFP, avec force désinformation, intoxication, dissimulation, jouent le rôle de supplétifs de la guerre palestinienne ...

Le monde libre commet une très grave erreur en soutenant Abou Mazen

par Nathan Charansky interviewé par Laly Derai pour Hamodia
Il s'agit d'une logique extrêmement naturelle. Lorsque l'on vous demande de choisir entre un leadership mafieux, dirigé par Yasser Arafat, qui procède à du racket et ne se soucie aucunement du bien-être de ses citoyens et le Hamas qui, au moins, a pris en charge les pauvres, leur distribue de l'argent et éduque leurs enfants, l'alternative est simple. Et ce sont justement ces régimes soi-disant modérés et laïcs qui préparent le terrain en vue de la prise de pouvoir des fondamentalistes.

Récompenses pour le terrorisme palestinien

par Dr. Rachel Ehrenfeld et Alyssa A. Lappen pour Pajamas Media
La détermination inébranlable des États-Unis de financer, d'entraîner et d'armer plus de 50.000 "soldats" palestiniens soulève des interrogations sérieuses sur la promesse réitérée du président Bush de garantir la sécurité d'Israël et d'apporter la paix au Moyen-Orient. Si l'administration de Bush persiste dans cette voie, entre 4.2 et 7 milliards de dollars payés par les contribuables américains financeront l'entraînement et l'équipement en armes de dizaines de milliers de terroristes palestiniens chevronnés...

A toute allure vers la guerre

par Robert Cohen pour Wahington Post, le 19 Février 2008
En Europe et ailleurs, où les activistes sont considérés comme des fanatiques égarés par leur propre morale, Israël est accusé d'infliger des souffrances à Gaza. Mais les dénonciateurs d'Israël ne disent rien des Kassam qui pleuvent du ciel, parfois au nombre de 40 par jour. Les adjectifs employés pour désigner les Kassam sont "inoffensif", "artisanal", "imprécis". Oui, mais ils ont tué 13 personnes les sept dernières années, et ils rendent la vie ici presque insupportable. Les arrêts d'autobus ont été transformés en bunkers, et une bâche d'acier a été déployée au-dessus d'une école pour la protéger...

État pacifique ou État-étape ?

Jean-Pierre Bensimon pour Haboné le 15 février 2008
La stratégie violente d’Arafat a été mise en échec, l’étoile du Fatah s’est fanée et le Hamas est devenu son principal problème. Mais la question demeure : que désire vraiment le groupe Abbas, l’interlocuteur palestinien actuel ? Un état palestinien de paix ou un état-étape ? A-t-il abandonné le but de substitution du pouvoir juif ou veut-il, en obtenant un état doté d’une légitimité internationale, réduire l’espace de souveraineté et de sécurité de l’état juif pour en saper les bases ?

La volte-face de Bush au Moyen-Orient

par Bassem Eid et Natan Sharansky pour Wall Street Journal
L’idée qui a guidé les décideurs politiques au cours des décennies passées était qu’un dirigeant palestinien « modéré » qui combattrait le terrorisme pour faire la paix avec Israël, aurait besoin d’être « renforcé » à tout prix. Yasser Arafat était leur modéré. On lui donna un territoire, des armes, de l’argent et un chaleureux soutien diplomatique. On ignora totalement ce qui se passait dans la société palestinienne...

Les quatre piliers creux de la sagesse

Blog de Gilles William Goldnadel du 11 février 2008
... j'affirme que les Arabes de Palestine sont les principaux responsables des maux qu'ils subissent et dont ils ont coutume de se plaindre depuis 60 ans. Je ne parle pas seulement de leur irrédentisme obstiné, je ne fais pas seulement allusion à leur pratique mortifère qui a fait du terrorisme aveugle leur spécificité culturelle. Je fais référence au fait que c'est cette population, et pas une autre, qui a porté au pouvoir un mouvement islamiste au moment même où la population de son ennemi avait donné mandat à un gouvernement élu précisément pour quitter les territoires revendiqués par elle.

Jérusalem ne doit pas être divisée

par Efraim Inbar pour Bitterlemons.org
Pour les juifs, l’intérêt primordial de Jérusalem n’est pas seulement historique ou religieux ; il tient également à l'importance stratégique de cette ville qui commande la seule route qui va de la côte méditerranéenne à la vallée du Jourdain. Le long de cette route, les forces militaires peuvent se déplacer sans rencontrer des concentrations massives de populations arabes. Jérusalem est la plaque tournante d’une zone de sécurité le long des défilés du Jourdain...